lundi 24 août 2020

L'ASSOCIATION PRESENTE AU CONCOURS "COULEURS DE BRETAGNE" 2020

 Ce samedi 22 août, le concours de peinture : "Couleurs de Bretagne", dans son périple breton, faisait étape au Faouët, comme tous les deux ans. Malgré les conditions sanitaires particulières, ce sont plus de quarante personnes qui y ont participé, cette année encore. A peine moins qu'en 2018. Ce sont donc autant d'oeuvres qui ont été exécutées dans la journée, sur le territoire de la commune entre 9 heures et 16 heures. Elles doivent avoir pour thème le lieu dans lequel l'organisation du concours s'est arrêtée pour la journée : paysage, élément du patrimoine, scène de rue... tout est possible tant que le sujet se rapporte au Faouët !

Entre 16 heures et 17 heures, le jury, composé de cinq personnes dont Yvonne Rayer, maire-adjointe à la culture, Roland Bouëxel ainsi qu'une représentante du Crédit Mutuel de Bretagne et l'un des membres du bureau de notre association, Christian Bellec, son président, ont eu la tâche délicate de choisir, dans chaque catégorie, l'oeuvre qui sera primée. Ces derniers ont "tombé le masque" quelques instants pour la photo !....

Les membres du jury du concours "Couleurs de Bretagne" 2020 un instant "démasqués" !...

Voici un aperçu des oeuvres accrochées pour un moment dans la salle des fêtes de la commune en commençant par celles réalisées par les enfants les plus jeunes.


 

Celles réalisées par les "préados" ou adolescents : 


Et ensuite toute une gamme d'oeuvres réalisées par les adultes : aquarelles, pastels, dessins, collages... La beauté nait aussi de la diversité des médiums employés et des techniques variées utilisées par leurs auteurs.

L'église du village

Saint Fiacre... par ciel d'orage !

Le titre dit tout : "Construction - déconstruction" !


Une jolie vue des toits de Sainte Barbe noyés dans la végétation

La place et l'allée plantée

Les escaliers et la maison des gardiens - Sainte Barbe

Un point de vue intéressant du village

Une vue "classique" de Saint Fiacre...

L'arche de Sainte Barbe



La place des halles en ce jour de brocante...

Les bords de l'Ellé en contre-bas de la fontaine Sainte Barbe

Un collage sur lequel on reconnait le jubé de Saint Fiacre

Pour cause de Coronavirus pas de cérémonie de remise des prix comme elle se déroulait habituellement sur la scène de la salle des fêtes et pas de "verre de l'amitié" ni de "photo de famille" réunissant tous les heureux élus !... Monsieur le Maire, la maire-adjointe à la culture ainsi qu'Adèle Bailleul, médiatrice culturelle du musée, ont simplement remis à chacun des lauréats primés dans sa catégorie son cadeau après qu'il ait décroché son oeuvre des cimaises.

Espérons que lors de la prochaine venue de "Couleurs de Bretagne" au Faouët ... en 2022, tout sera rentré dans l'ordre et qu'un concours dans des conditions normales, cette fois, pourra à nouveau avoir lieu.

jeudi 23 juillet 2020

L'EXPOSITION "LE MUSEE DU FAOUET SORT DE SES MURS" EST OUVERTE A LORIENT JUSQU'EN NOVEMBRE !



Nous avons le plaisir de vous annoncer que l’exposition « Le musée du Faouët sort de ses murs » conçue, préparée et organisée par l’Association des Amis du musée du Faouët, en partenariat avec la ville de Lorient et le musée du Faouët est ouverte depuis le 11 juillet. Elle a lieu à l’hôtel Gabriel de Lorient, dans l’enceinte du port. Elle est ouverte tous les après-midi de 14h à 18h jusqu’au 1er novembre prochain.

La salle d'exposition côté fenêtres, occultées par des reproductions des vitraux de la chapelle

Les vitrines abritant les oeuvres originales

Sont présentées, dans des vitrines au centre de la pièce, huit ou neuf œuvres originales faisant partie de la collection permanente du musée ainsi qu’une quinzaine de fac-similés de très bonne qualité, accrochés sur les cimaises. La salle n’étant pas surveillée in situ, les normes de sécurité applicables à des œuvres sortant d’un musée labellisé « musée de France » et les contraintes d’assurance nous ont conduits à adopter cette solution de présentation mixte. Vous y retrouverez néanmoins l’atmosphère particulière, propre à notre musée avec, occultant certaines ouvertures, des reproductions des vitraux décorant la chapelle.

Une vue générale de la salle d'exposition

Des fac-similés de quelques oeuvres représentatives de la collection permanente sur les cimaises

Nous espérons que vous serez très nombreux à découvrir cette « annexe temporaire » du musée, transportée près de la côte, dans des lieux et à une période de l’année où d’ordinaire la fréquentation touristique est importante, le but étant de faire connaître au plus grand nombre les beautés et les richesses d’un musée morbihannais du « centre Bretagne ».

A l'étage, un second volet de cette exposition "à deux têtes" : "Lorient sort de sa réserve", présente quelques oeuvres de la collection de la ville de Lorient. En effet, comme vous le savez sans doute, la ville ne possède pas actuellement de lieu pour présenter les nombreuses oeuvres, dont beaucoup de grande qualité, qui sont dans ses réserves, rescapées de la seconde guerre mondiale et qui ont échappé aux bombardements qui ont détruit, à l'époque, une très grande partie de la cité.

En vous souhaitant, à toutes et à tous, une très bonne visite de notre « musée hors les murs », nous vous souhaitons également un très bon été et espérons vous retrouvez au musée, dans des conditions plus favorables et plus propices, le plus rapidement possible. En attendant, n’oubliez pas d’aller visiter également au musée, actuellement, la belle exposition « Une famille d’artistes au Faouët » qui a débuté le 13 juin dernier, comme l'article précédent l'a, en son temps, présentée et qui sera visible jusqu'au 15 novembre

Entre la reproduction des vitraux de la chapelle, une vue générale du musée du Faouët


Un aperçu des oeuvres accrochées sur les cimaises de la salle d'exposition


L'affiche de l'exposition



lundi 18 mai 2020

LE MUSEE OUVRIRA A NOUVEAU SES PORTES LE 13 JUIN PROCHAIN !


Chers adhérents de l’association, chers amis,

Dans ce contexte inédit et cette situation en tout point exceptionnelle, nous avons cependant le plaisir de vous annoncer que le Musée du Faouët pourra reprendre son activité et ré-ouvrir prochainement ses portes, pour son exposition temporaire annuelle. Avec deux mois et demi de retard par rapport à ce qui était prévu à l’origine, mais la situation sanitaire actuelle l’avait en effet contraint, comme tous les établissements culturels, à différer son ouverture, programmée au départ dans les derniers jours de mars.
En effet, l’exposition : « Une famille d’artistes au Faouët » conçue pour cette saison 2020, sera présentée du samedi 13 juin prochain au dimanche 15 novembre,  en respectant les consignes sanitaires en vigueur.



Vous vous souvenez sans doute qu’en temps normal, le musée ferme habituellement ses portes autour du 10 octobre, mais compte-tenu de son ouverture tardive, la durée de l’exposition de cette année a été prorogée d’un peu plus d’un mois, en décalant tout dans le temps pour permettre au plus grand nombre de pouvoir en profiter…

Les conditions d'accueil dans les établissements recevant du public étant strictement limitées, (réunions limitées à moins de 10 personnes...) vous comprendrez donc que le musée ne puisse organiser un vernissage comme il le fait en temps normal, en respectant les "gestes barrière" et la distanciation physique. Nous nous en excusons et sommes désolés de ne pouvoir vous retrouver à cette occasion, mais - soyez-en assurés - ce n'est que partie remise !

Vous pouvez néanmoins, munis de votre carte nominative d'adhérent à jour pour 2020, à tout moment et autant de fois que vous le souhaitez, venir voir cette exposition consacrée à une "vieille" famille du Faouët, la famille Le Leuxhe, dont plusieurs membres se sont distingués par leurs capacités et leurs dons artistiques dans des domaines variés comme la photographie et la peinture. L'une des dix filles du "patriarche"  : Louis-Marie, épousera le peintre anglais Guy Wilthew, qui partagera son temps entre Londres et Le Faouët et acquérera une certaine célébrité comme portraitiste mais également comme paysagiste. Le musée du Faouët possède, dans sa collection permanente, plusieurs de ses oeuvres. Elles ont été régulièrement montrées lors des nombreuses expositions temporaires de ces dernières années, mais cette exposition est l'occasion de réunir un grand nombre de ses toiles, dont plusieurs sont la propriété de la descendance et en particulier de son arrière-petite fille, l'actrice Louise Bourguin.

Pour des informations plus complètes et détaillées vous pouvez consulter le dossier de presse de l’exposition réalisé par l’équipe du musée en cliquant ici.
Les dates qui y figurent (4avril - 4 octobre) ainsi que celle de la conférence de presse sont caduques puisqu'il s'agissait des dates initialement prévues avant la crise du Covid 19, mais l'ensemble du dossier reste d'actualité !

P.S. : La campagne de ré-adhésion pour 2020, débutée mi-février a été sensiblement perturbée dans la première quinzaine de mars par les préoccupations et les inquiétudes de chacun, liées à l'arrivée des premiers "clusters" en Bretagne !... Sachez que si vous n'avez pas encore renouvelé votre adhésion pour cette année, il n'est pas trop tard pour le faire. Plus que jamais, le musée et l'association ont besoin de votre soutien ! Vous trouverez un modèle du bulletin d'adhésion sur ce blog, dans la partie droite, en haut de l'écran. Merci par avance à toutes et à tous.

samedi 27 juillet 2019

VISITE DES "RESERVES" DE LA COLLECTION DE LA VILLE DE CONCARNEAU PAR L'ASSOCIATION


Ce ne devait être au départ qu'une "simple" visite des réserves de la collection de peinture de la Ville de Concarneau...

Rappelons qu'une première visite avait déjà eu lieu au mois de juin, (le mardi 25 juin) au cours de laquelle une dizaine de membres de l'association, emmenés par Alain Bastendorff, vice-président et Yvonne Rayer, trésorière, avaient pu profiter de cette rare opportunité. C'est grâce à l'obligeance et à la disponibilité de Carole Cosquer, animatrice de l'Architecture et du Patrimoine, responsable du service patrimoine de la ville de Concarneau, avec qui l'association avait pris contact, que cette incursion dans la riche et historique collection picturale de la ville a été possible.


Marine Delpy-Planque, Christian Bellec, Christine Ligeour et Bernard Delpy-Planque devant la mairie de Concarneau


Carole Cosquer, dans les réserves de la collection, devant deux Granchi-Taylor et une gouache de Le Merdy

L'association des Amis du musée du Faouët, les membres de son bureau et son conseil d'administration, tiennent à remercier chaleureusement la ville de Concarneau, sa municipalité et tout particulièrement Carole Cosquer pour ce privilège qu'ils nous ont accordé. Ils ont pu apprécier, lors de ces deux visites, la gentillesse et le professionnalisme de cette dernière à leur faire partager ses connaissances sur le patrimoine sans prix que représente cette collection.

Carole Cosquer devant les rails portant les tableaux : en haut une oeuvre de Désiré Lucas et, en bas, de Jean Deyrolle

Carole Cosquer présentant aux adhérents de l'association le portrait de Mme Hirschfeld par Sydney-Lough Thompson

Pour cette seconde visite, le mardi 23 juillet dernier, donc, c'était sans compter sur le dynamisme et le sens d'organisation de Marine Delpy-Planque qui, s'étant inscrite avec son mari Bernard pour participer à cette "échappée concarnoise", nous avait fort sympathiquement concocté un programme "à dominante culturelle" pour l'ensemble de la journée !
 Marine Delpy, membre de l'association des amis du musée du Faouët depuis sa création, est la fille du peintre de la marine Lucien-Victor Delpy (1898 - 1967). Concarnoise de naissance, elle est revenue, avec son époux, habiter sa ville d'origine depuis quelques années. Le couple n'hésite pas à prêter très régulièrement des oeuvres de l'artiste au musée du Faouët, au gré des différentes expositions temporaires : ainsi quatre des oeuvres du père de Marine Delpy sont actuellement présentées dans l'exposition : "Des peintres entre terre et mer : du Faouët à Concarneau". Cette démarche altruiste et bienveillante permet au plus grand nombre de profiter ainsi de tableaux détenus en mains privées et qui, sans cette sympathique initiative, ne seraient vus que par quelques-uns.
Depuis de nombreuses années, Marine Delpy travaille à l"élaboration du catalogue raisonné de l'oeuvre de son père (1500 références déjà recensées).

Une tempera sur toile non figurative de Jean Deyrolle, petit-fils de Théophile Deyrolle.

Un tableau d'Henri Barnoin, représentant le port d' Honfleur (1923), ses thoniers et ses sardiniers.

Le rendez-vous, donné par Marine et Bernard sur la place Duquesne à 10h30, a permis à quelques membres du bureau de l'association dont Christine Ligeour, secrétaire et Christian Bellec, son président de se retrouver en compagnie de deux autres adhérents originaires d'Orléans. Après la traversée du passage Lanriec grâce au bac, le groupe de six personnes a parcouru la Ville-Close, déjà très animée à cette heure, pour aller visiter la très belle exposition organisée par la ville de Concarneau dans la Tour du Gouverneur. Cette exposition regroupe un ensemble de superbes photos réalisées par Bernard Galéron, photographe à Quimper, sur le thème du costume breton et plus particulièrement des coiffes (dont bien sûr celles de la ville et ses environs).

Le Bac du Passage Lanriec - Concarneau - 23 juillet 2019.


Auparavant, une petite parenthèse presque imprévue nous a conduit dans la boutique de la conserverie Gonidec au sein de la Ville-Close. En effet, venait d'arriver le matin même, la boite de sardines millésimée "Ville bleue" dont le couvercle est illustré, cette année, par un tableau de Lucien-Victor Delpy. La conserverie réalise ainsi tous les ans une boîte, dans une série que l'on peut qualifier de "collector", représentant une oeuvre picturale d'un artiste ayant travaillé à Concarneau ou ayant un rapport étroit avec la ville. Les membres de l'association ont donc eu le privilège de pouvoir admirer à la fois le tableau d'origine de l'artiste et sa transposition sur un support sur lequel a priori on ne s'attendrait pas à le trouver ! Le tableau date de 1929 et son titre est : "Thoniers et reflets du port de Concarneau".

Marine Delpy (à droite) avec le tableau de son père et sa transposition sur la boîte de sardines "collector" Gonidec.

Après un repas en terrasse face à la Ville-Close, direction la nouvelle mairie pour la visite des réserves. Celle-ci a duré environ une heure. (Nous avaient rejoints pour l'occasion un couple de nouveaux adhérents de la région parisienne qui étaient également présents dimanche au musée pour la visite-causerie). Les membres de notre association ont pu découvrir les richesses de cette collection municipale et sa diversité. Pêle-mêle, des oeuvres d'Achille Granchi-Taylor, de Jean Deyrolle, d' Henri Barnoin, de Charles-Henry Fromuth (pastel), de Louis-Marie Désiré Lucas. L'ensemble des participants a pu admirer également le superbe portrait de Madame Hirschfeld (femme du peintre) par l'artiste d'origine néo-zélandaise Sydney Lough Thompson - dont un tableau est présent à l'étage dans l'exposition actuelle - au musée du Faouët. Deux grandes toiles de Lucien-Victor Delpy sont aussi présentes, dans la collection de la ville.

Le portrait très impressionniste de Mme Hirschfeld par S. - L. Thompson

L'une des oeuvres de Lucien-Victor Delpy présente dans les collections de la ville de Concarneau.

Un superbe marin, porteur de raies, oeuvre d'Achille Granchi-Taylor

L'après-midi s'est poursuivi, en ville, par une visite au "Studio Le Merdy" où Germain Le Merdy, arrière-petit-fils de Louis Le Merdy a repris le flambeau pour faire vivre et connaître la très riche collection de photos familiales s'étendant sur trois générations. Nous avons pu ainsi voir les plaques de verre plus que centenaires qui servent aujourd'hui, grâce à des imprimantes ultra perfectionnées, à réaliser des clichés noir et blanc dont le piqué et la résolution sont étonnants.


Les membres de l'association dans le studio de Germain Le Merdy


Carole Cosquer échange avec plusieurs adhérents de l'association. Posé, à droite, un tableau de Lucien-Victor Delpy.

Enfin, un passage à la Galerie Gloux, dans la fameuse "maison de bois" d'inspiration norvégienne, qui expose en ce moment une vingtaine d'oeuvres de Charles-Henry Fromuth était tout indiqué. Le musée expose en effet actuellement, dans la chapelle, deux très beaux pastels de cet artiste d'origine américaine qui a passé plus de 50 ans à Concarneau.

Marine Delpy-Planque , son mari, Christine Ligeour et Christian Bellec reprennent le bac à la fin d'une journée bien remplie









 
Le "Popoff", célèbre vieux gréement de Concarneau, rentre dans le port par le Passage Lanriec.

En toute fin d'après-midi, lors de la retraversée du passage Lanriec grâce au bac, nous avons eu la surprise de voir le vieux gréement : le " Popoff " nous saluer au moment de son entrée dans le port.

Encore un très grand merci à Marine et Bernard Delpy-Planque pour leur accueil, leur gentillesse et leur disponibilité tout au long de cette journée. Les membres de l'association ont passé en leur compagnie un très agréable moment, chaleureux et convivial, avec comme temps fort la visite de réserves de la collection picturale de la ville de Concarneau que tous les participants tiennent à nouveau à remercier très vivement.

vendredi 26 juillet 2019

UNE VISITE DE L'EXPOSITION "A DEUX VOIX" DONT CELLE DE L'ASSOCIATION


Dimanche 21 juillet, un nouvel épisode de l'étroite collaboration entre l'association des amis du musée et la direction du musée lui-même, s'est concrétisé lors de la "visite-causerie" organisée à 17 heures dans ses murs.

Anne Le Roux-Le Pimpec, directrice du musée, fait une présentation générale de l'exposition, en introduction à la visite.

Anne Le Roux-Le Pimpec, présente le tableau " Breton, 1910" de Charles Rivière dans la première salle de l'exposition

Pour le confort à la fois des participants mais aussi des conférenciers, le nombre maximum de personnes acceptées avait été fixé à vingt-cinq. Ce sont finalement vingt trois "heureux élus" dont un certain nombre d'adhérents de notre association qui, après avoir réservé dans les jours précédents, ont pu ainsi parcourir les différentes salles du musée, emmenés simultanément par Anne Le Roux-Le Pimpec, directrice du musée et Christian Bellec, président de notre association.  


Christian Bellec commente, pour les participants, les deux oeuvres de Léon-Germain Pelouse dans la salle 2

Anne Le Roux-Le Pimpec présentant le tableau de Louis-Julien Télinge "La lande de Gerlédran au Faouët".

Ce n'était pas la première fois qu'ils oeuvraient conjointement, puisque les deux conférenciers avaient déjà travaillé ensemble l'an passé lors des journées du patrimoine. Ils y avaient en effet présenté leur travail respectif sur l'exposition : "L'enfant dans la peinture bretonne" au cours d'une conférence donnée à deux reprises dans ce week-end d'ouverture gratuite du musée, au public le plus large.
Renouvelant cette expérience "à deux voix", mais de matière un peu différente, Anne Le Roux-Le Pimpec et Christian Bellec se sont donc au préalable répartis les tableaux que chacun désirait commenter.


Anne Le Roux-Le Pimpec commentant l'aquarelle de Gustave de Launay : "Le Faouët, l'ancienne carrière".

Christian Bellec présentant à l'auditoire les deux pastels de Charles-Henry Fromuth, dans la chapelle.

Après une rapide introduction et présentation générale de l'exposition : "Des peintres entre terre et mer : du Faouët à Concarneau", Anne le Roux-Le Pimpec a démarré cette visite dans la salle 1 par quelques commentaires sur la gravure d'Hippolyte Lalaisse détaillant le costume d'un faouëtais et le grand portrait du Breton de Charles Rivière.
Dans une sélection concertée, faite parmi les quelques 130 oeuvres réunies pour cette exposition, la directrice du musée et le président de notre association ont pu ainsi faire profiter les participants de quelques précisions d'ordre biographique sur les auteurs des tableaux qu'ils avaient retenus, mais aussi agrémenter leur présentation d'anecdotes sur les conditions d'acquisition (... ou parfois de non-acquisition !...) de certaines des oeuvres accrochées sur les cimaises


Dans la chapelle, la directrice du musée commente un tableau d'Henri Barnoin représentant le port de Concarneau.

Anne Le Roux-le Pimpec devant "Le Pont Fleuri à Quimperlé" de Paul de Lassence

Justifiant le titre de "visite-causerie" voulu par la directrice, chacun des participants a pu aussi, à tout moment, poser des questions, donner son sentiment sur telle ou telle oeuvre ou réagir aux propos des uns et des autres. Gageons que cet échange a donc été fructueux et instructif pour la vingtaine de personnes présentes. Cette concertation, appréciée de chacun, a aussi quelque peu allongé la durée de la prestation, si bien que c'est un peu après 19 heures que le groupe des participants s'est retrouvé, dans la dernière salle de l'étage, pour un dernier commentaire autour du tableau de Charles Buron : "A la buvette"  !
C'est donc un auditoire pleinement satisfait de cette déambulation un peu particulière dans les salles du musée, en compagnie de deux des auteurs du catalogue accompagnant l'exposition, qui s'est séparé en début de cette chaude soirée d'été.

Le président de notre association devant le grand triptyque d'Yvonne Jean-Haffen : "Pardon de Sainte Barbe du Faouët".

Christian Bellec présente aux participants  les deux oeuvres de Jean-Bertrand Pégot-Ogier sur le ramassage des châtaignes.